Contact : 09.54.47.25.58  |   Mon Panier

0item(s)

Votre panier est vide.

Product was successfully added to your shopping cart.

Archives mensuelles : mai 2017

  • L’agriculture raisonnée, c’est quoi au juste ?

    L’agriculture raisonnée, c’est quoi au juste ?

     

    L’agriculture raisonnée L’agriculture raisonnée

    Une nouvelle alternative ?

     

    Vous pensiez qu’il n’y avait pas d’intermédiaire entre l’agriculture intensive et l’agriculture biologique ? Et bien si, il y en a une, et cette alternative est l’agriculture raisonnée. Mais qu’est-ce ? Focus sur un nouveau mode de production agricole.

     

    Cette manière de cultiver cherche à trouver un équilibre entre les objectifs de productivité de l’agriculture moderne (rentabilité, exigences croissantes en quantité, contraintes économiques) et les nouvelles contraintes environnementales auxquelles nous devons faire face. Il s’agit donc de respecter au mieux la nature, tout en produisant rentablement. L’agriculture raisonnée se rapproche ainsi de l’agriculture biologique tout en étant moins contraignante pour nos agriculteurs.

     

    Les modalités de l’agriculture raisonnée résultent d’une concertation entre des spécialistes de l’agriculture, de l’agro-alimentaire, de l’environnement et de la distribution. Quant à sa règlementation, elle figure dans la loi NRE de mai 2001 et est beaucoup plus souple que pour l’agriculture biologique.

     

    Une étape vers le bio ?

     

    L’agriculture raisonnée apparaît pour certains comme une « étape » vers le bio. C’est le moyen d’adopter des méthodes de production plus raisonnables sans pour autant bouleverser tout le processus de l’agriculteur. Cela pourrait représenter une « escale » pour certains, qui envisagent à long terme, de faire le choix d’un respect total de la nature via l’agriculture biologique.

    Pour d’autres, l’agriculture raisonnée représente une manière réaliste de produire, contrairement au bio, qui est contraignant en terme de rentabilité et de financement.

  • 5 BONNES RAISONS DE CONSOMMER LOCAL

    6 BONNES RAISONS DE CONSOMMER LOCAL

    CONSOMMER LOCAL CONSOMMER LOCAL

    DES PRODUITS QUI ONT PLUS DE GOUT !

    Manger des fruits et légumes de la région revient à consommer des produits qui n’ont pas fait de longs voyages pour arriver dans votre assiette ! C’est un peu comme si la tomate venait du potager d’à côté : elle a été cueillie à point, elle est de saison et par conséquent elle a un vrai goût de tomate, contrairement aux produits cultivés hors-saison et de manière non naturelle, que vous pourrez trouver en grande surface.

    DES PRODUITS MEILLEURS POUR LA SANTE

    Un fruit qui a poussé naturellement est un fruit qui regorge de bienfaits ! Vitamines en quantité, sels minéraux, et fibres à gogo, de quoi vous donner une santé d’acier et de l’énergie à revendre !

    A PETIT PRIX !

    On pense souvent que manger de meilleurs produits est plus cher. Mais bonne nouvelle, cette règle de s’applique pas pour les fruits et les légumes : le circuit entre l’agriculteur et le consommateur est réduit quand nous consommons local. C’est évident, amener le produit jusqu’à son lieu de vente a un prix. Ce prix sera moins elevé si le produit vient de Provence. S’il faut l’importer du Cameroun, vous vous doutez que l’acheminement coûtera plus cher... Il est donc tout à fait possible de manger mieux, pour un prix équivalent.

    ON SOUTIENT LES PRODUCTEURS DE LOCAUX

    Manger les produits de la région revient à soutenir l’économie locale ! De cette façon, on soutient les producteurs et les agriculteurs locaux. Cette démarche permet de préserver notre patrimoine : un savoir-faire, la diversité des cultures dans la région...

    C’EST PLUS ECOLO !

    En plus de manger mieux pour un prix similaire, nous faisons un acte écologique en consommant local : la pollution liée à l’activité est moindre puisque les distances parcourues pour acheminer les produits sont réduites au maximum. De plus, manger local revient à respecter le rythme de la nature, ce qui permet de faire des économies d’énergie considérable et d’éviter un recours constant aux traitements supplémentaires, nocifs pour la planète.

2 article(s)